Annonces du Gouvernement sur la crise des Gilets jaunes : ma réaction

Si le Gouvernement avait écouté les oppositions qui l’alertent depuis des mois sur le matraquage fiscal, on ne serait pas dans cette situation.

Les chiffres sont astronomiques : en cinq ans, ce sont 15 milliards de taxes sur le gazole qui vont s’ajouter aux 20 milliards de la CSG. Nous n’en sommes pas à un moratoire ou à quelques mesures sur le gazole ou le contrôle technique : il faut tout simplement annuler cette fiscalité de dingue.

Le travail ne paye plus. Le revenu médian en France est de 1.500 €. Les pensions de retraite n’ont pas été revalorisées depuis sept ans. Et, les heures supplémentaires défiscalisées initiées par Nicolas Sarkozy, ont été supprimées par François Hollande, alors qu’elles permettaient de redonner du pouvoir d’achat. Elles étaient plus efficaces que des mesures cyniques comme la suppression de la taxe d’habitation, dont le gouvernement savait qu’elle serait contournée par les collectivités locales.

La nécessaire augmentation des revenus passe par une baisse des dépenses publiques. Mais pas en supprimant les services de proximité, en s’attaquant à la technostructure. Il faut également avoir le courage de remettre à plat la dépense sociale, qui représente 50 % de la dépense publique.