Promesses non tenues de General Electric, l’Etat lui-même a trahi ses engagements et abandonné Alstom

Posté par le 14 Juin 2018 dans Non classé

Sans surprise, le groupe américain General Electric (GE), qui a acquis la branche énergie d’Alstom en 2014, a annoncé au gouvernement qu’il ne tiendrait pas son engagement de créer 1.000 emplois en France d’ici la fin 2018. Avec 323 emplois créés, on est très loin du compte.

« Derrière ces annonces et les « regrets » du ministre Bruno Le Maire, la réalité est celle de vraies pertes de savoir-faire industriel français, sacrifiés par une vente réalisée dans des conditions douteuses. »

Nous sommes à la veille d’autre annonces négatives pour la France, puisque dès la fin de 2018, les ex-Alstom ne seront plus protégés du plan de restructuration massif décidé par GE en Europe (suppression de 4 500 emplois annoncée).

« L’Etat lui-même a trahi tous ses engagements et a signé l’abandon d’Alstom en laissant l’entreprise se retirer des trois co-entreprises crées avec GE dans l’énergie.

Au total, cette opération n’aura été qu’une opération financière sacrifiant les intérêts industriels de la France et des éléments essentiels de notre souveraineté, ce que la commission d’enquête parlementaire a mis en évidence. »