Veto de la commission européenne au projet de fusion Alstom-Siemens : pourquoi l’avenir de notre industrie doit-il systématiquement passer par son rachat par des concurrents ?

Olivier Marleix, ancien Président de la commission d’enquête Alstom réagit à l’annonce ce mercredi 6 février du refus de la fusion par la commission européenne.

« Le Gouvernement a probablement raison de s’interroger sur la pertinence de la doctrine de la commission européenne en matière de concurrence et notamment sur le périmètre de marché retenu, européen en l’occurrence alors que marché est désormais mondial et que nos concurrents ne s’embarrassent pas de telles règles.

Mais l’autre question en France est de savoir si l’avenir de notre industrie passe systématiquement par son rachat par des concurrents, fussent-ils européens ?

En l’occurrence, ce projet de fusion avec Siemens était totalement étranger à la stratégie de l’entreprise en 2014. Le rachat de la branche énergie étant précisément présenté comme devant permettre à Alstom ainsi délestée de devenir un « leader mondial de la mobilité », bénéficiant de bons fondamentaux, d’un marché porteur, et d’un carnet de commande plein jusqu’en 2030.

Alstom n’est face à aucune urgence. La menace du chinois CRRC fait partie de ces fables que l’on sert à l’opinion quand on veut lui imposer à tout prix une solution. On savait dès 2012 que cette fusion poserait des difficultés en matière de droit de la concurrence et que ce projet menacerait 2500 emplois en raison des doublons. Alstom peut avoir d’autre projets industriels que celui de se faire absorber, notamment des projets de coopération, comme elle le fait par exemple avec Bombardier, sur le RER-Nouvelle génération. On nous vendait un « Airbus du rail », mais Airbus est né d’une coopération intergouvernementale, pas d’une de ces fusions-acquisitions jugées d’autant plus pertinentes qu’elles réduisent les « doublons » et ferment des sites de production !

Le PDG d’Alstom, Henri Poupart Larfage l’a déclaré lui-même aujourd’hui : Alstom dispose de « tous les atouts » pour continuer à se développer et à « saisir des opportunités »; précisant que le groupe n’avait pas « de plan B » et « n’avait pas besoin de relancer dans l’immédiat un projet de même nature ». »

Aux obsèques du Comte de Paris

J’étais ce samedi 2 février 2019 aux obsèques du prince Henri d’Orléans, Comte de Paris, décédé le 21 janvier dernier, qui se tenaient en la Chapelle royale de Dreux, en présence de nombreuses personnalités dont le prince Albert de Monaco, la reine Sophie d’Espagne ou le jeune prince héritier du Maroc Moulay Hassan.

Ce fut pour moi l’occasion de rendre un dernier hommage au défunt, à travers lui de saluer la longue lignée des capétiens qui a fait en grande partie l’histoire de notre pays, et d’exprimer mon amitié au Prince Jean et à la Princesse Philomena appréciés à Dreux pour leur grande gentillesse et leur grande disponibilité pour les drouais.

Référendum d’initiative populaire

J’ai déposé ce jeudi 20 décembre 2018, avec le soutien de 11 de mes collègues Les Républicains, une proposition de loi constitutionnelle tendant à instituer un référendum d’initiative populaire, législatif, abrogatoire et révocatoire. Massivement réclamé par  les Gilets jaunes, ce type de référendum est un moyen pour nos concitoyens de se réapproprier la décision politique, face à une haute administration devenue toute puissante.

 

 

Visite de l’entreprise Promill à Serville

Ce jeudi 20 décembre 2018, je visitais l’entreprise Promill à Serville en compagnie de son directeur général Éric Le Quellec.

Promill est une société spécialisée dans la fourniture de technologies industrielles de séchage, broyage et granulation. Elle propose une large gamme de produits :

• Tambours rotatifs (granulateurs / sécheurs / refroidisseurs / enrobeurs)
• Sécheurs à tambour rotatif à triple ou simple passage
• Sécheurs à tapis
• Foyers à combustion
• Broyeurs à cylindres
• Presses à granuler
• Broyeurs à marteaux
• Lignes de granulation

Promill c’est aussi 75 salariés et un chiffre d’affaires annuel de 22 M€.

Justice de proximité

En séance de nuit mardi 4 décembre pour défendre la justice de proximité – et le tribunal d’Instance de Dreux – contre le projet de gouvernement de fusion des tribunaux. J’ai rappelé à la Ministre que « dans la révolte des Gilets Jaunes, il y a aussi cette injustice qui consiste à payer les mêmes impôts que les urbains sans bénéficier des mêmes services publics et, de fait, des mêmes droits ».

Annonces du Gouvernement sur la crise des Gilets jaunes : ma réaction

Si le Gouvernement avait écouté les oppositions qui l’alertent depuis des mois sur le matraquage fiscal, on ne serait pas dans cette situation.

Les chiffres sont astronomiques : en cinq ans, ce sont 15 milliards de taxes sur le gazole qui vont s’ajouter aux 20 milliards de la CSG. Nous n’en sommes pas à un moratoire ou à quelques mesures sur le gazole ou le contrôle technique : il faut tout simplement annuler cette fiscalité de dingue.

Le travail ne paye plus. Le revenu médian en France est de 1.500 €. Les pensions de retraite n’ont pas été revalorisées depuis sept ans. Et, les heures supplémentaires défiscalisées initiées par Nicolas Sarkozy, ont été supprimées par François Hollande, alors qu’elles permettaient de redonner du pouvoir d’achat. Elles étaient plus efficaces que des mesures cyniques comme la suppression de la taxe d’habitation, dont le gouvernement savait qu’elle serait contournée par les collectivités locales.

La nécessaire augmentation des revenus passe par une baisse des dépenses publiques. Mais pas en supprimant les services de proximité, en s’attaquant à la technostructure. Il faut également avoir le courage de remettre à plat la dépense sociale, qui représente 50 % de la dépense publique.

Visite de l’entreprise M2R à Dreux

J’étais reçu ce vendredi par Stéphane Moine, directeur général de Minier Recyclage Régénération (M2R) à Dreux, l’un des leaders français des revêtements pour aires de jeux et terrains sportifs.
 
Cette entreprise produit ses sous-couches amortissantes à partir de chutes de caoutchouc recyclées, récupérées auprès d’entreprises locales (ex : Sacred). Un pari gagnant, celui de l’économie circulaire, qui lui permet de proposer des solutions sur-mesure et à coût réduit auprès de la plupart des poseurs travaillant pour les collectivités.

Economie circulaire, une opportunité pour le Drouais

Lundi 12 novembre s’est tenue la première soirée des « Rendez-vous de l’initiative en Pays de Dreux ». A travers ces rendez-vous je veux valoriser des initiatives locales particulièrement pertinentes . La première soirée était sur le thème de l’économie circulaire, réunissant à l’auditorium de Dreux chefs d’entreprises et acteurs institutionnels. L’idée de ce premier rendez-vous était de fédérer autour d’entreprises pionnières comme Printerre à Chérisy, Ecovégétal à Broué, La Menuiserie solidaire à Rouvres, TIB à Brezolles, un réseau d’acteurs locaux autour d’une nouvelle filière en pleine structuration.

Budget 2019 : mon avis sur la mission Administration générale et territoriale de l’État

Pour la deuxième année consécutive, j’ai rapporté au nom de la commission des Lois les crédits de la mission budgétaire « Administration générale et territoriale de l’État ».

Cette mission rassemble les moyens dont le ministère de l’Intérieur dispose pour assumer trois de ses responsabilités :

  • garantir l’exercice des droits des citoyens ;
  • assurer la présence et la continuité de l’État ;
  • mettre en œuvre des politiques publiques sur l’ensemble du territoire.

L’année dernière je m’étais intéressé au contrôle de légalité exercé par les préfectures. Cette année, je propose dans mon avis de renforcer la transparence du financement politique en élargissant les missions de contrôle de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

Après avoir entendu en commission des Lois le 25 octobre dernier le ministre de l’Intérieur, M. Christophe Castaner, je l’interrogerai à nouveau ce mardi 6 novembre en séance publique.

L’intégralité de mon rapport est en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. http://www.assemblee-nationale.fr/15/budget/plf2019/a1307-tI.asp